top of page
  • Photo du rédacteurCécile Malécot

On fait des frises ?

Dernière mise à jour : 3 oct. 2023


Des frises pour bien écrire

L'apprentissage de l'écriture se fera toujours sur papier uni. N'imposant ni taille ni proportions, le papier non ligné permet de développer l'élan du geste et la fluidité et donc par ricochet, la tenue de ligne et la vitesse. Lorsque l'enfant est prêt, qu'il a automatisé le tracé des lettres et que le geste est fluide, on peut introduire le lignage qui est une difficulté certaine pour l'enfant : il va devoir ralentir son geste pour adapter la taille de son écriture et ses proportions au lignage. Ces lignes sont une aide pour l'enfant puisqu'elles elles lui permettent de structurer sa mise en page, d'apprendre à gérer l'espace de sa feuille. Cependant la complexité de la réglure officielle française, le fameux "Seyès" leur complique la vie à bien des égards.

Il est petit puisqu'il n'autorise pas une zone médiane plus grande que 2 mm et il est rempli de lignes inutiles : les lignes verticales et la deuxième ligne horizontale ne servent à rien pour l'apprentissage de l'écriture. Les enfants des autres pays dont les systèmes d‛écriture utilisent la cursive, apprennent sur des lignages beaucoup plus simples. En Allemagne, par exemple, les petits écoliers écrivent au tout début sur un lignage composé d‛une ligne de base et une ligne juste au-dessus pour calibrer les lettres de la zone médiane telles que le "e", le "u" ou le "v" et de deux autres lignes, une en haut et une en bas pour le calibrage des hampes et des jambages. Très rapidement quand l'enfant maîtrise l'écriture, ce lignage d'apprentissage est remplacé par une réglure constituée de simples lignes horizontales tous les centimètres et d'une marge, c'est tout, et cela suffit pour bien écrire. Ce lignage est là pour faciliter la mise en page de leur cahier : laisser une marge à gauche pour la correction et des espaces en haut et en bas pour l'aération et la présentation générale de la page. L'écriture quant à elle peut évoluer à sa convenance, à sa taille. L'enfant jouit, au sein de ce cadre, d'une grande liberté, ce qui encourage le mouvement et donc la fluidité et la vitesse.

En France, afin d'aider les enfants à s'approprier la réglure Seyès, on leur proposera de faire des frises. Elles leur permettent de comprendre le lignage, de l'apprivoiser. Les frises seront d‛abord simples, des petits traits verticaux ou horizontaux dans la zone médiane, du coloriage des cases du lignage, puis plus complexes, des petits ronds disposés sur plusieurs intervalles et plusieurs lignes…

On en donnera aux enfants régulièrement avant même de les faire écrire dans la réglure pour qu'ils la maitrisent. Par la suite ce petit exercice sera donné le plus souvent possible, il permet en plus à l'enfant de décorer son cahier entre deux séances. Elles sont ludiques et les enfants, en général, apprécient cet interlude. Vous en trouverez de nombreux modèles sur le net. J'en ai créé quelques unes également que vous trouverez dans l'onglet des ressources, ci-dessus…

En transversalité, les frises font aussi travailler la préhension du crayon. On veillera en effet toujours à ce que, cahier incliné, les enfants placent bien leur main sous la ligne et plient bien leurs doigts pour dessiner les petits motifs.

En rééducation, on pourra en donner aux enfants qui ont du mal à calibrer leur écriture à la taille du Seyès ainsi qu‛à ceux dont le geste, un peu trop vif, malmène la forme.

On portera une attention particulière aux enfants astigmates et dyspraxiques. Les nombreuses lignes du Seyès peuvent être une difficulté pour certains. Dans ce cas, on privilégiera les lignages plus simples. Vous trouverez dans les ressources de ce site le lignage ELA que j‛ai créé à cet effet, il est en téléchargement gratuit.

Le lignage ELA






272 vues0 commentaire

Comentarios


bottom of page