top of page
  • Photo du rédacteurCécile Malécot

Faites des boucles, des boucles et encore des boucles !

Dernière mise à jour : 3 oct. 2023

En pédagogie, la précision des termes est capitale. Pour qu'un élève comprenne et pour ne pas l'induire en erreur, il convient d'employer les bons termes et d'avoir un vocabulaire le plus clair possible.

En méthode Dumont, la boucle est une forme très précise : elle a un lieu d'attaque et surtout, un sens de rotation définis. Elle est la première forme de base (la seconde étant le rouleau).


La boucle, première forme de base de l'écriture

Cette définition est importante. On ne parlera de boucle que dans ce cas précis. On ne parlera pas de boucle "à l'envers" aux enfants, pas plus qu'on ne leur en fera faire. En effet, en écriture cursive, la boucle à l'envers n'existe pas. Faire tracer aux enfants des boucles à l'envers aura pour conséquence des confusions de sens de rotation.

La boucle telle qu'elle est définie ci-dessus est la forme la plus fréquente dans notre écriture. C'est la première forme à acquérir. Elle est la porte d'entrée dans l'écriture cursive, l'enfant doit donc maitriser parfaitement son processus de formation.

La pédagogie Dumont définit trois étapes pour l'acquisition de la boucle : le relais de hockey, le jeu des foulards et enfin le tracé de boucles sur plan vertical à l'aveugle. Ces trois étapes sont détaillées dans l'ouvrage de Danièle Dumont "Le geste d'écriture".

Lors de ces trois étapes, l'enfant est amené à la boucle par le mouvement. On cherche à automatiser le mouvement nécessaire à la formation de la boucle et non la forme en tant que telle. Si l'enfant enregistre correctement le geste, alors la forme sera bonne.

Une fois le geste ancré, on fera faire des boucles libres à l'enfant, c'est à dire, rapidement, sans aucun lignage ni aucune contrainte, sur des pistes verticales ou sur des feuilles unies. En mettant un lignage ou une contrainte de taille ou d'écartement de boucle, on force l'enfant ralentir son geste pour respecter le modèle ou la taille demandée, ceci détruit le mouvement. Et comme c'est le mouvement qui crée la forme, alors celle-ci n'est pas bonne : les boucles sont mal galbées, le trait est mal assuré.

Par ailleurs, en s'entrainant à faire des boucles libres, l'enfant travaille la tenue du crayon, la tenue de ligne, le sens de l'écriture, l'élan du geste, la fluidité et la rapidité. Les boucles lui permettent aussi de trouver son rythme d'écriture, rythme propre à chacun.

La boucle est bouclée, si je puis dire !


C'est pourquoi on utilisera la boucle libre en apprentissage comme en rééducation de l'écriture et sans modération… À vos crayons !



635 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page